Author Archives: rhone

  • 0

Procès du sabotage climatique et social, sont appelées à la barre : Sarah Tanzilli et Yves Blein

Le 8 juin, Charles de Lacombe sera jugé en appel pour avoir  dénoncé le sabotage climatique et social d’Emmanuel Macron et du  gouvernement en décrochant un portrait présidentiel. En cette période  électorale, Alternatiba ANV Rhône appelle plutôt à la barre les 14  députés sortants du Rhône. D’ici au 8 juin, nous publierons deux  “portraits” de députés sortants par jour. Leurs positionnements à  l’Assemblée sur les enjeux sociaux et environnementaux seront ainsi  portés à l’attention du public [1]. Ce jour, ce sont Sarah Tanzilliet Yves Blein (LREM) qui sont appelés à la barre !

Sarah Tanzilli : Témoin assistée

Mme Cazarian, députée sortante de la 13ème circonscription ne se présentant pas, il appartient à Mme Sarah Tanzilli son attachée parlementaire, qui brigue sa succession, de répondre de son bilan.

Mme Tanzilli sera notamment interrogée sur les conseils qu’elle a pu apporter à Mme Cazarian dans le cadre de :

Destruction des libertés individuelles

Mme Cazarian rejoint la très longue liste des députés du Rhône passionnés par la mise en place d’un état répressif basé sur la surveillance des masses. Elle a voté pour la première loi antiterroriste de 2017 qui lança la dynamique sécuritaire du gouvernement puis en en suivant la loi sécurité globale et la loi antiterrorisme de 2021 par délégation (voir article récapitulatif des 5 années de Macron sur la surveillance).

Sabotage social

Mme Cazarian s’est également illustrée par son vote en faveur de l’ensemble du projet de loi de finance 2018 et la réduction des APL (voir notre précédente publication) ! L’ex-députée de la treizième circonscription s’est aussi seulement “abstenue” pour la ratification du CETA, véritable cheval de Troie transatlantique qui met en péril nos agriculteurs français !

Mme Tanzilli pourra également nous éclairer concernant le choix de Mme Cazarian de voter pour la réforme de l’assurance chômage et l’instauration de Parcoursup (voir sur ce dernier point le dossier sur M. Fugit).

Sabotage climatique et préservation des abeilles “en même temps”

Mme Tanzilli pourra éclairer le public sur l’attitude pour le moins étonnante de Mme Cazarian. En effet, d’un côté celle-ci vote en faveur de la loi climat, loi qui a définitivement enterré les ambitions de la France vis-à-vis des accords de Paris, alors que de l’ autre elle fait partie des très rares députés à s’être opposé au retour des néonicotinoïdes.

Concernant le développement d’Amazon en France, après nous avoir reçus à la suite de notre action, Mme Cazarian avait voulu se mobiliser en déposant un amendement issu de nos propositions. Toutefois, comme le relate l’article de Challenges sur ce sujet, elle finira comme les autres députés de la majorité à se plier à la doctrine du gouvernement : on ne touche pas à Amazon !

Yves Blein: Mis en examen

Indépendamment de l’enquête en cours pour harcèlement sexuel révoltante au regard du maintien de sa candidature, Alternatiba ANV Rhône retient plusieurs chefs d’inculpation pour le député sortant de la 14ème circonscription :

Destruction des libertés individuelles

À l’exception de la loi séparatisme pour laquelle M. Blein n’a pas participé au scrutin, il a voté pour la totalité des mesures liberticides mises en place par le gouvernement que nous avons étudiées dans le cadre de cette enquête. Il rejoint ainsi M. Brocard (voir dossier) sur le podium des députés les plus dangereux pour les libertés individuelles.

En 2013, M. Blein invitait M. Copé à privilégier l’éducation face au lourd investissement que pouvaient représenter les installations de vidéosurveillances, mais en 2022 il vote pour la loi sécurité globale ouvrant ainsi la porte de nouvelles dépenses inutiles.

Sabotage social

M. Blein a cautionné la réduction des APL (vote sur la loi de finance 2018), s’est opposé à la proposition de mise en place d’un revenu étudiant et a bien sur voté pour l’instauration de Parcoursup ! Il a également voté pour la ratification du CETA, preuve de son mépris du monde agricole.

Enfin, le député sortant de la 14ième circonscription est responsable du délitement de l’assurance chômage après avoir voté pour la réforme de 2018.

Sabotage climatique et destruction du vivant

À l’Assemblée, M. Blein a participé au sabotage du travail de la Convention citoyenne pour le climat en votant pour la loi climat et résilience. Il a notamment voté contre la proposition de TVA à 5,5 sur les billets de train.

M. Blein est aussi incriminé dans le cadre du génocide annoncé des pollinisateurs en ayant voté pour le retour des néonicotinoïdes.

Sur la question de la régulation des entrepôts de l’e-commerce, dans le cadre de notre mobilisation M. Blein n’a pas jugé bon de nous recevoir. M. Blein semble donc n’avoir aucune forme de considération pour les commerces de proximité directement menacés par ce géant. De même, M. Blein ne doit pas être trop préoccupé par l’explosion de notre empreinte carbone importée et de la surconsommation de ressources induites par cet acteur qui ne paye pas d’impôts en France. En toute logique, pour faciliter le développement de ce type de projets climaticides, M. Blein a voté pour la loi ASAP.


[1] : Il est important de savoir que la très grande majorité des scrutins à l’Assemblée sont réalisés à main levée sans aucune possibilité pour la société civile de connaître la position de leurs députés. Ce manque de transparence est lamentable et permet aux députés de ne pas être inquiétés même pour des prises de positions qui peuvent aller à l’encontre du bon sens. L’ensemble des portraits présentés dans le cadre de ce portfolio ne représente donc qu’une très faible facette du sabotage social et climatique qu’a pu effectuer le gouvernement et sa majorité pendant 5 ans…


  • 0

Procès du sabotage climatique et social, sont appelés à la barre : Jean-Luc Fugit et Cyrille Isaac-Sibille

Le 8 juin, Charles de Lacombe sera jugé en appel pour avoir dénoncé le sabotage climatique et social d’Emmanuel Macron et du gouvernement en décrochant un portrait présidentiel. En cette période électorale, Alternatiba ANV Rhône appelle plutôt à la barre les 14 députés sortants du Rhône. D’ici au 8 juin, nous publierons deux “portraits” de députés sortants par jour. Leurs positionnements à l’Assemblée sur les enjeux sociaux et environnementaux seront ainsi portés à l’attention du public [1]. Ce jour, ce sont Jean-Luc Fugit (LREM) et Cyrille Isaac-Sibille (MODEM) qui sont appelés à la barre !

Jean-Luc Fugit : Mis en examen

Alternatiba ANV Rhône retient plusieurs chefs d’inculpation pour le député sortant de la 11ème circonscription et plusieurs circonstances aggravantes. Au premier-rang, au même titre que M. Gassilloud, M. Fugit ne peut pas plaider l’ignorance dans cette affaire. Adoptant souvent une posture scientifique rationnelle, cet ancien chimiste cherche à berner le grand public en faisant oublier sa fidélité sans faille aux politiques climaticides du gouvernement. Faisant l’éloge des “petits pas” et adepte du “en même temps”, il y a bien longtemps que M. Fugit a abandonné la rigueur de la science au profit d’une politique ultra libérale et climaticide.

Destruction des libertés individuelles

“Scientifiquement”, rien ne prouve l’efficacité des stratégies de vidéosurveillance. En dehors du rapport du ministère de l’intérieur dont la méthode “scientifique” était pour le moins critiquable, les études semblent indiquer l’inefficacité totale de ce type de dispositif vis-à-vis des actes terroristes ou de la délinquance. Même la Cour des comptes, dès 2011, pointait du doigt le coût de la vidéosurveillance et son manque de résultats. De fait, comment expliquer que M. le “scientifique” Fugit ait voté en faveur de la loi sécurité globale en première lecture ? Et ce, alors même que les articles 20 à 22 bis proposaient de massifier l’utilisation de la vidéo de surveillance jusqu’à l’utilisation de caméras aéroportées ?

Par ailleurs, M. Fugit a voté pour les lois antiterroristes de 2017 et 2021 critiquées par de nombreuses organisations (voir le dossier sur M. Rudigoz). Dans le même suivisme politique dénué de bon sens, M. Fugit a voté pour la loi anti-casseur qui menace directement le droit de manifester.

Et enfin, il faut noter son vote pour la pénalisation des actions de désobéissance citoyenne sur les aéroports (voir article 10 de cette loi). Il vaut mieux donc criminaliser les lanceurs d’alertes qu’oser aborder la question taboue de la réduction du trafic aérien !

Sabotage social

Comment M. “l’enseignant chercheur” Fugit a pu voter en faveur de Parcoursup qui instaure une sélection algorithmique des étudiants à l’entrée des universités ? Le bilan dressé après plusieurs années d’application est désastreux. Dans cet article publié en 2019 le Président du conseil académique de l’université Rennes 2 revient sur son caractère inégalitaire vis-à-vis des classes populaires. La Cour des comptes, en 2020, salue la prouesse technique, mais questionne la finalité !

M. Fugit est par ailleurs mis en cause pour son vote favorable à la réduction des APL (voir dossier Rudigoz), et pour la réforme de l’assurance chômage qualifiée d’injuste, absurde et indécente par la CGT.

Sabotage climatique en toute conscience : les faits

C’est très probablement pour ce chef d’inculpation que M. Fugit fait le plus preuve d’une “malhonnêteté intellectuelle” criminelle à des fins politiques. Il reproche, sur Lyon Mag, à l’étude de Parlementerre une partialité et un manque d’exhaustivité en prenant pour exemple la loi climat. Mais l’exhaustivité est tout simplement impossible ! Cette loi en première lecture a fait l’objet de 12 719 propositions d’amendements mis aux votes, parmi lesquels il y a les 215 scrutins publics évoqués par M. Fugit. Pour rappel, les députés votent à main levée et il est impossible de connaître leur opinion, à moins qu’un groupe parlementaire n’exige un scrutin public. Il y en a donc eu 215 sur ce texte, soit 1,7 % de transparence.

Sur ces 215 scrutins que nous proposons d’exposer au public de façon exhaustive en suivant les liens suivants : M. Fugit a voté 100 fois pour, s’est abstenu 2 fois, a voté 82 fois contre et n’a pas participé au scrutin à 32 reprises. Au regard de ces chiffres bruts M. Fugit pourrait se revendiquer comme un député “pro” climat, mais encore faut-il regarder le contenu de chacun de ses votes :

  • Sur les 100 votes pour, 53 sont associés à l’approbation des articles dans leur ensemble et du projet de loi dans sa totalité. Ainsi, il peut être considéré que M. Fugit a voté 53 fois pour le sabotage du travail des 150 citoyens. Car le bilan de cette loi est désastreux selon le Réseau Action Climat. De son côté, le think tank Carbone 4 a publié ce bilan : sur les 149 propositions, 18 ont été reprises « sans filtre », 26 n’ont pas été reprises du tout, le reste des mesures n’a été repris que partiellement.
  • Parmi les 82 votes contre, il est inconcevable qu’un “éminent scientifique” tel que M. Fugit vote contre la proposition d’interdiction des vols de 4h, quand une alternative ferroviaire existe, et contre la proposition de stopper l’extension des aéroports. Et ce, alors même que le collectif Supaéro Decarbo en partenariat avec Le Shift Project indique dans une étude que le respect des accords de Paris passera nécessairement par une diminution du trafic aérien [2].
  • Parmi les 32 “absences”, comment expliquer que le “Docteur en pollution de l’air” Fugit [3] n’ait pas cosigné l’amendement de sa collègue de la majorité, Mme Le Feur qui proposait l’instauration d’une taxe sur les engrais azotés ? M. Fugit doit pourtant bien connaître l’impact délétère de ces engrais sur la qualité de l’air (voir cet article de CITEPA ou cet article des Amis de la Terre). Alors que M. Fugit se vantait sur Twitter le 14 mars d’avoir fait adopter une proposition pour orienter une “éventuelle redevance” sur les engrais azotés vers l’accompagnement des agriculteurs, le jour où cette “éventuelle” redevance fût mise au vote, M. Fugit était lui aux abonnés absents.
  • Toujours dans le cadre de la loi climat et résilience, et plus particulièrement concernant notre campagne surproduction et nos actions d’interpellations, nous pensions avoir fait “entendre raison” à M. Fugit à l’aide de plusieurs rapports parfaitement sourcés et disposant du soutien de la Confédération des Commerçants de France. Le bon sens plaidait en faveur de nos propositions. Ainsi M. Fugit dans un rare instant d’honnêteté intellectuelle, a déposé 2 amendements qui reprenaient nos propositions. Une proposition de moratoire sur les entrepôts de plus de 3 000 m² et une proposition de “repli”, moins ambitieuse, pour simplement “assujettir les entrepôts d’e-commerce à une autorisation d’exploitation commerciale”. Il faut reconnaître également que M. Fugit a relativement bien défendu nos propositions à l’oral comme on peut le voir sur l’extrait vidéo ci-dessous. Nous l’avions même félicité sur l’instant sur notre compte Twitter [4] ! Mais suite à l’avis défavorable du gouvernement et au rejet de nos propositions, M. Fugit est très vite rentré dans le rang pour retrouver son statut de fidèle playmobil de la majorité. En effet 20 jours plus tard, il votera contre tous les amendements (même celui déposé par M. Rudigoz) qui reprenaient les mêmes propositions qu’il avait pourtant “défendues”. De la sorte M. Fugit a sacrifié le climat et les commerces de proximité sur l’autel du libéralisme.

Enfin, le député Fugit a bien entendu voté pour l’ensemble des mesures aberrantes que nous avons mises à jour dans les précédents dossiers (CETA, retour des néonicotinoïdes, loi ASAP…) et contre les propositions de la Convention citoyenne pour le climat comme la TVA à 5,5% sur les billets de train.

Pour terminer cette liste accablante, il est porté à l’attention du public cette citation de M. Fugit (tirée d’un rapport d’EDF sur la transition énergétique du monde agricole) : « Le courage c’est de dire qu’il faut du temps. Il n’y a pas d’ambition écologique sans pertinence économique ».

Alors que le GIEC, dans son dernier rapport, nous rappelle l’urgence de sortir du business as usual, M. Fugit a donc choisi son camp, celui du “profit financier”. Alternatiba ANV Rhône exige que le député Fugit cesse de se revendiquer du monde scientifique car tant de mauvaise foi est indécent pour l’image de la recherche académique !

Cyrille Isaac-Sibille : Mis en Examen

Alternatiba ANV Rhône retient plusieurs chefs d’inculpation pour le député sortant de la 12ème circonscription. 

Destruction des libertés individuelles

M. Isaac-Sibille en tant que membre de la majorité, a contribué à la mise en place de l’état de surveillance généralisé actuel. Il a également voté pour la loi antiterroriste de 2017 et pour la loi sécurité globale.

Sabotage social

Le député MODEM ici incriminé a tout autant contribué à la casse sociale méthodique orchestrée par la majorité. Il a cautionné la réduction des APL (voir précédente publication) au travers du projet de loi de finance 2018 et a voté pour l’instauration de Parcoursup (voir le dossier de M. Fugit ci-dessus).

Sabotage climatique et destruction du vivant

Il est reproché à M. Isaac-Sibille d’avoir voté pour la loi climat et résilience (voir plus haut dossier M. Fugit), pour la loi ASAP véritable catalyseur de projet inutile et polluant (voir l’article de Reporterre sur la question).web cover small@2x


[1] : Il est important de savoir que la très grande majorité des scrutins à l’Assemblée sont réalisés à main levée sans aucune possibilité pour la  société civile de connaître la position de leurs députés. Ce manque de transparence est lamentable et permet aux députés de ne pas être inquiétés même pour des prises de positions qui peuvent aller à l’encontre du bon sens. L’ensemble des portraits présentés dans le cadre de ce portfolio ne représente donc qu’une très faible facette du  sabotage social et climatique qu’a pu effectuer le gouvernement et sa majorité pendant 5 ans…

[2] : Sur l’article de Lyon Mag M. Fugit semble s’approprier l’abandon de l’aéroport de Notre-Dames-des-Landes. Quelle ironie au regard du rapport de forces qu’il a fallu créer sur le terrain pour obtenir ce résultat et au regard du vote du député sur la criminalisation de la désobéissance citoyenne.

[3] : Il est à noter que M. Fugit est l’auteur d’une proposition de loi remisée dans les cartons de l’Assemblée sur la pollution de l’air. Au programme de celle-ci : diagnostic, sensibilisations et mesures palliatives… Aucune mesure concrète pour s’attaquer à la racine du problème. Mieux diagnostiquer pour ne rien faire en somme (pour rappel l’État Français a été condamné pour son inaction sur le sujet par le Conseil d’État).

[4] : Il n’est pas exclu que M. Fugit ait voté contre sa propre proposition en commission spéciale juste après l’avoir défendue oralement. Le scrutin n’étant pas public, nous ne pouvons pas connaître la portée de son audace passagère.


  • 0

Procès du sabotage climatique et social, sont appelés à la barre : Bernard Perrut et Thomas Gassilloud

Tags : 

Le 8 juin, Charles de Lacombe sera jugé en appel pour avoir dénoncé le sabotage climatique et social d’Emmanuel Macron et du gouvernement en décrochant un portrait présidentiel. En cette période électorale, Alternatiba ANV Rhône appelle plutôt à la barre les 14 députés sortants du Rhône. D’ici au 8 juin, nous publierons deux “portraits” de députés sortants par jour. Leurs positionnements à l’assemblée sur les enjeux sociaux et environnementaux seront ainsi portés à l’attention du public [1]. Ce jour ce sont Bernard Perrut (LR) et Thomas Gassilloud (Agir Ensemble) qui sont appelés à la barre !

Bernard Perrut : Témoin Assisté

Alternatiba ANV Rhône invite le député sortant de la 9ème circonscription à éclaircir certaines de ses positions. Difficile d’évaluer les réelles motivations de ces votes contestataires au regard d’autres prises de positions. Sur les sujets,  il est complexe d’évaluer les motivations réelles de ses votes. A noter que ce député en poste depuis 1997 après avoir repris la suite de son père s’est enfin décidé à favoriser un renouvellement démocratique.

Destruction des libertés individuelles

Sur cette question pas de doute M. Perrut est un adepte de la vision ultra sécuritaire développée pendant 5 ans par la majorité. Il a voté pour la loi sécurité globale et pour la loi “anti-casseur” qui d’après la LDH vise à empêcher l’exercice d’un droit essentiel en démocratie : celui de manifester publiquement. A noter une abstention sur la loi antiterrorisme de 2017, peut-être ne la trouvait-il pas assez liberticide ?

Caution donnée au sabotage social

M. Perrut a  voté contre une proposition de mise en place d’un revenu étudiant durant la crise COVID. Le député sortant, fait parti des “courageux” abstentionnistes sur la ratification du CETA. Il faut noter tout de même qu’il a voté contre la réforme de l’assurance chômage.

Abstentionniste climatique

Le doute sur les motivations concernant les votes de M. Perrut, se situe particulièrement sur les enjeux climatiques. Il brille par son absence ou son abstention sur le classement de Parlementerre. Ex : abstention sur la loi Climat et Résilience, qui fait preuve d’une passivité étonnante face à cette loi climaticide . En revanche, son abstention sur le retour des néonicotinoïdes représente une complaisance avec la destruction du vivant.

Thomas Gassilloud : Mis en examen

Alternatiba ANV Rhône retient plusieurs chefs d’inculpation pour le député sortant de la 10ème circonscription. Ceux-ci seront mis en perspective avec le rapport “Résilience nationale” (1) écrit par le député. Ce rapport dresse un constat lucide sur la situation alarmante dans la quelle nous sommes, ce qui augmente de fait la culpabilité de l’accusé qui ne pourra plaider l’ignorance. Par contre Alternatiba ANV Rhône juge les préconisations de celui-ci beaucoup trop militaro-technologique. Ce tropisme du député occulte complètement un enjeu majeur de la résilience : l’adaptation (voir l’article de Bon Pote) !

Destruction des libertés individuelles

M. Gassilloud particulièrement mobilisé sur les sujets de “sécurité nationale” semble partager la vision ultra sécuritaire du gouvernement puisqu’il a voté non seulement pour la loi antiterroriste de 2017 mais aussi pour la loi sécurité globale.

Au sujet de l’immigration le député sortant écrit dans son rapport résilience nationale : “De 2008 à 2018, 265 millions de personnes se sont déplacées, soit en moyenne 25 millions par an – trois fois plus que des personnes forcées de quitter leur région en raison d’un conflit. Les catastrophes climatiques sont à l’origine 85 % de ces déplacements.”. Malgré ce constat, il a voté pour la loi asile immigration participant ainsi à l’irresponsabilité de l’état vis-à-vis de ces populations (voir La CIMADE et SAF) !

Sabotage social

M. Gassilloud, par son vote en faveur du projet de loi de finance de 2018, a cautionné la réduction des APL (voir précédente publication).

M. Gassilloud a également voté pour la réforme de l’assurance chômage ou encore contre la proposition d’expérimenter un revenu étudiant pour faire face à leur précarisation durant le COVID.

Sabotage climatique et destruction du vivant

Il est reproché à M. Gassilloud d’avoir voté pour la loi climat et résilience (qui a ruiné le travail de la convention citoyenne pour le climat), pour la loi ASAP (voir l’article de Reporterre). M. Gassilloud fait aussi partie des “courageux” abstentionnistes sur le retour du glyphosate.

Toujours dans le même rapport, au sujet des pollinisateurs, M.Gassilloud écrit : “Dans les Hautes- Alpes, 54 % de la valeur de la production agricole dépend de l’action des abeilles. Si leur population s’affaiblissait, il faudrait dépenser près de 3 milliards d’euros en France et 150 milliards d’euros à l’échelle mondiale pour procéder à la pollinisation artificielle.” Et donc en toute logique M. Gassilloud a voté pour le retour des néonicotinoïdes !

Enfin voici le constat du député sortant sur l’empreinte carbone de la France : “50 % de l’empreinte carbone nationale provient de l’importation de biens et services (56 % d’émissions supplémentaires dans l’empreinte carbone dans l’inventaire national en 2016). Ce facteur est à prendre en compte : entre 1995 et 2019, si les émissions intérieures ont diminué (- 25 %), les émissions dites importées ont considérablement augmenté. (+ 72 %)”. Écrire cela démontre que M. Gassilloud a bien en tête les ordres de grandeurs sur l’empreinte carbone de la France, Il a donc voté pour le CETA en sachant pertinemment que ce traité était climaticide !


[1] : Il est important de savoir que la très grande majorité des scrutins à l’assemblée sont réalisés à main levée sans aucune possibilité pour la société civile de connaître la position de leurs députés. Ce manque de transparence est lamentable et permet aux députés de ne pas être inquiétés même pour des prises de positions qui peuvent aller à l’encontre du bon sens. L’ensemble des portraits présentés dans le cadre de ce portfolio ne représente donc qu’une très faible facette du sabotage social et climatique qu’a pu effectuer le gouvernement et sa majorité pendant 5 ans.


  • 0

Procès du sabotage climatique et social, sont appelées à la barre : Anissa Khedher et Nathalie Serre

Tags : 

Le 8 juin, Charles de Lacombe sera jugé en appel pour avoir dénoncé le sabotage climatique et social d’Emmanuel Macron et du gouvernement en décrochant un portrait présidentiel. En cette période électorale, Alternatiba ANV Rhône appelle plutôt à la barre les 14 députés sortants du Rhône. D’ici au 8 juin, nous publierons deux “portraits” de députés sortants par jour. Leurs positionnements à l’assemblée sur les enjeux sociaux et environnementaux seront ainsi portés à l’attention du public[1]. Ce jour ce sont Anissa Khedher (LREM) et Nathalie Serre (LR) qui sont appelées à la barre !

Anissa Khedher : Mise en examen

Alternatiba ANV Rhône retient plusieurs chefs d’inculpation pour la députée sortante de la 7ème circonscription :

Destruction des libertés individuelles

Mme Anissa Kheder, au même titre que l’ensemble des députés de la majorité, est mise en cause pour avoir voté pour la loi sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme ainsi que pour la loi sécurité globale. Il est intéressant de noter que Mme Khedher était même l’une des rapporteurs de ce dernier texte profondément liberticide.

Sabotage social

Mme Khedher fait partie des rares députés de la majorité qui se sont abstenus sur la ratification du CETA. Preuve peut-être d’une timide contestation, un vote contre aurait été plus adapté pour s’opposer à ce traité scandaleux.

Mme Khedher a par contre approuvé la réduction des APL ou encore la réforme de l’assurance chômage. Enfin, elle a voté contre la proposition d’expérimenter l’ouverture au RSA aux moins de 25 ans.

Sabotage climatique

Il est à porter au crédit de Mme Khedher sa relative sensibilité pour la cause animale ce qui l’a poussée à être l’une des rares députés de la majorité à avoir voté contre le retour des néonicotinoïdes.

Toutefois, cela ne peut en aucun cas excuser les mesures climaticides qu’elle a approuvées comme la loi ASAP, ou bien encore ses contributions actives pour détricoter la loi climat et résilience. En effet, Mme Khedher a voté contre la régulation des entrepôts du e-commerce, mais aussi contre l’interdiction des vols de moins de 4h, quand une alternative en train est présente. Pire, elle a voté contre une proposition qui aurait inclus les vols avec correspondance dans le champ d’application de l’interdiction déjà minimaliste (2h30) voulu par le gouvernement.

Nathalie Serre : Témoin assistée [2]

Mme Serre, ayant rejoint l’Assemblée en cours de mandat, voit sa responsabilité assez limitée dans le cadre de ce procès. En effet, elle n’était pas présente lors de nombreux scrutins que nous avons pu analyser dans le cadre de cette enquête.

Toutefois, au regard des seuls votes dont nous disposons, les intentions de la député sortante de la 8ème circonscription ne semblent laisser que peu de doutes sur sa volonté de soutenir :

Destruction des libertés individuelles

Mme Serre a voté pour la loi sécurité globale et dans son prolongement pour la loi relative à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement. Au programme de celle-ci : transformation des services sociaux comme auxiliaires de renseignement, surveillance satellitaire et autres mesures toutes plus dystopiques les unes que les autres (voir l’article de la Quadrature du Net à ce sujet).

Sabotage social

Dans le cadre de la loi climat et résilience, Mme Serre s’est notamment opposée à une proposition visant à favoriser l’accompagnement à la reconversion des personnels de sites industriels comme certains aéroports qui pourraient venir à fermer dans les années à venir.

A également noter que Mme Serre s’est notamment illustrée par son vote contre l’ensemble de la proposition de loi visant à renforcer le droit à l’avortement, mais aussi contre l’allongement de 2 semaines du délai légal pour avorter.

Sabotage climatique

Mme Serre s’est abstenue sur les votes de la loi climat et résilience ainsi que la loi ASAP. Les raisons qui l’ont poussée à ces abstentions sont inconnues d’Alternatiba ANV Rhône. S’agit-il d’un détachement de ces thématiques, d’une contestation sur le fond des textes proposés ou bien d’un aveu d’incompétence ?

Toutefois, sur le vote emblématique du retour des néonicotinoïdes, Mme Serre a répondu présente à l’appel des lobbies de l’agrochimie et a voté pour ce texte.


[1] : Il est important de savoir que la très grande majorité des scrutins à l’assemblée sont réalisés à main levée sans aucune possibilité pour la société civile de connaître la position de leurs députés. Ce manque de transparence est lamentable et permet aux députés de ne pas être inquiétés même pour des prises de positions qui peuvent aller à l’encontre du bon sens. L’ensemble des portraits présentés dans le cadre de ce portfolio ne représente donc qu’une très faible facette du sabotage social et climatique qu’a pu effectuer le gouvernement et sa majorité pendant 5 ans.

[2] : Le témoin assisté est une personne mise en cause dans une affaire pénale. C’est un statut intermédiaire entre celui du témoin et celui du mis en examen. Ce statut donne des droits devant le juge d’instruction. Il peut changer au cours de la procédure.


  • 0

Procès du sabotage climatique et social, sont appelés à la barre : Blandine Brocard et Bruno Bonnel

Tags : 

Le 8 juin, Charles de Lacombe sera jugé en appel pour avoir dénoncé le sabotage climatique et social d’Emmanuel Macron et du gouvernement en décrochant un portrait présidentiel. En cette période électorale, Alternatiba ANV Rhône appelle plutôt à la barre les 14 députés sortants du Rhône. D’ici au 8 juin, nous publierons deux “portraits” de députés sortants par jour. Leurs positionnements à l’assemblée sur les enjeux sociaux et environnementaux seront ainsi portés à l’attention du public [1]. Ce jour ce sont Blandine Brocard (MODEM) et Bruno Bonnel (Renaissance) qui sont appelés à la barre !

Blandine Brocard : Mise en examen

Alternatiba ANV Rhône retient plusieurs chefs d’inculpation pour la députée sortante de la 5ème circonscription :

Destruction des libertés individuelles

Mme Blandine Brocard est sans doute l’une des plus ferventes partisanes des lois liberticides. Outre son approbation donnée aux lois que nous avons présentées précédemment (sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme; sécurité globale, ou asile immigration) elle a suivi de près les échanges autour de la loi relative à la responsabilité pénale et à la sécurité intérieure. Cette loi fourre-tout a permis de faire passer des propositions précédemment censurées par le Conseil constitutionnel lors de la loi sécurité globale. Utilisation de drones, caméras embarquées, reconnaissance faciale, prise d’empreintes sous contrainte… la liste est longue. Voir les articles de la LDH et de la Quadrature du Net sur le sujet.

Mme Brocard semble donc être

partisane de la massification de la surveillance de la population d’un côté, et de l’impunité de la police de l’autre. En effet, elle a voté pour la proposition visant à pénaliser la diffusion malveillante de l’image des forces de l’ordre.

Sabotage social

Mme Brocard se retrouve également au premier rang pour défendre les mesures antisociales comme la réduction des APL (voir notre précédente publication) ou la réforme de l’assurance chômage.

Il est à noter qu’en pleine crise sanitaire alors que les jeunes étaient durement touchés, elle a fait partie des députés qui ont voté contre la proposition d’expérimenter l’ouverture au RSA au moins de 25 ans.

Sabotage climatique

Nettement moins concernée par les sujets environnementaux que sécuritaire, Mme Brocard s’est tout de même illustrée localement en tant que soutien de l’Anneau des Sciences (voir notre résistance sur ce projet). Enfin, sans surprise, elle fait partie des députés qui ont voté pour la réintroduction des néonicotinoïdes, substances dévastatrices pour les pollinisateurs.

Bruno Bonnell : Mis en examen

Bruno Bonnell n’est plus en activité en tant que député et ne se représentera pas dans la 6ème circonscription du Rhône. Dans cette circonscription ce sera Emmanuelle Haziza qui défendra le bilan déplorable de la majorité.

Concernant M. Bonnell, Alternatiba ANV Rhône retient plusieurs chefs d’inculpation :

Destruction des libertés individuelles

M. Bonnel a voté pour plusieurs lois liberticides précédemment exposées telles que la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme; la loi sécurité globale (voir dossier M. Rudigoz) et la loi asile Immigration (voir dossier Mme Brugnera).

Sabotage social

M. Bonnell est mis en cause pour avoir soutenu la réduction des APL et pour avoir voté pour la ratification du CETA.

Enfin, tout comme Mme Blandine Brocard, il s’est opposé à l’expérimentation pour l’ouverture au RSA aux moins de 25 ans.

Sabotage climatique et destruction du vivant

Comme les autres députés de la majorité M. Bonnell est mis en cause pour avoir voté pour le sabotage du travail de la CCC (voir loi climat et résilience), pour le retour des néonicotinoïdes.

M. Bonnell sera enfin le fossoyeur en chef des ambitions climatiques de la France puisqu’il est en charge du déploiement du plan France 2030 d’Emmanuel Macron présenté l’année dernière. Plan basé sur des chimères technologiques qui, si elles viennent véritablement à se réaliser, ne seront pas effectives avant une dizaine d’années alors qu’une réduction drastique de nos émissions s’impose dès aujourd’hui ! Voir l’article des Amis de la Terre sur ce plan.


[1] : Il est important de savoir que la très grande majorité des scrutins à l’assemblée sont réalisés à main levée sans aucune possibilité pour la société civile de connaître la position de leurs députés. Ce manque de transparence est lamentable et permet aux députés de ne pas être inquiétés même pour des prises de positions qui peuvent aller à l’encontre du bon sens. L’ensemble des portraits présentés dans le cadre de ce portfolio ne représente donc qu’une très faible facette du sabotage social et climatique qu’a pu effectuer le gouvernement et sa majorité pendant 5 ans.


  • 0

Procès du sabotage climatique et social, sont appelées à la barre : Sarah Peillon et Anne Brugnera

Tags : 

Le 8 juin Charles de Lacombe sera jugé en appel pour avoir dénoncé le sabotage climatique et social d’Emmanuel Macron et du gouvernement en décrochant un portrait présidentiel. En cette période électorale, Alternatiba ANV Rhône appelle plutôt à la barre les 14 députés sortants du Rhône. D’ici au 8 juin, nous publierons deux “portraits” de députés sortants par jour. Leurs positionnements à l’assemblée sur les enjeux sociaux et environnementaux seront ainsi portés à l’attention du public [1]. Ce jour, ce sont Sarah Peillon et Anne Brugnera (Renaissance) qui sont appelées à la barre !

Sarah Peillon : Témoin assisté [2]

Jean Louis Touraine, député sortant de la 3ème circonscription ne se présentant pas, il appartient à Mme Sarah Peillon – sa suppléante – qui brigue sa succession de répondre de son bilan. 

Mme Peillon sera notamment interrogée sur les conseils qu’elle a pu apporter à M. Touraine dans le cadre de :

Destruction des libertés individuelles

Il est à porter au bilan de M. Touraine d’avoir voté pour l’ensemble du projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme.

Il est à noter l’abstention du député représenté par Mme Peillon sur la loi “ sécurité globale”. Serait-ce là le signe d’une désapprobation non avouée ? Un vote contre aurait été largement préférable si tel était le cas.

Mise en place mesures antisociales

M. Touraine a lui aussi voté pour l’ensemble du projet de loi de finance 2018 et la réduction des APL (voir notre précédente publication) ! L’ex-député de la troisième circonscription a également voté pour la ratification du CETA avec aussi peu de considération pour le monde agricole que le reste de la majorité.

Mme Peillon pourra également nous éclairer sur le choix de son député de voter pour la réforme de l’assurance chômage.

Sabotage climatique

Mme Peillon pourra également témoigner de l’implication de son député dans le travail de démolition de la loi climat et résilience. Au delà de son vote en faveur de cette coquille vide, M. Touraine s’est notamment opposé à l’une des mesures ambitieuses que proposaient les 150 : le passage de la TVA à 5,5 pour les billets de train.

Concernant le développement d’Amazon en France, à la suite de notre action, M. Touraine n’avait pas souhaité nous recevoir. Il a tout de même cosigné l’amendement de M. Rudigoz visant à assujettir les entrepôts du e-commerce aux autorisations d’exploitation commerciale. Cependant, lui non plus n’a pas pris le temps de défendre cet amendement à l’assemblée.

En revanche, concernant la facilitation des installations de projets inutiles M. Touraine a répondu présent en votant pour la loi ASAP.

Anne Brugnera: Mise en examen

Alternatiba ANV Rhône retient plusieurs chefs d’inculpation pour la députée sortante de la 4ème circonscription :

Destruction des libertés individuelles

Au delà de ses votes pour la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, la loi “sécurité globale”, la loi “séparatisme”, il est reproché à Mme Brugnera son vote pour la très critiquée loi “Asile Immigration” portée à l’Assemblée par Gérard Collomb (voir le décryptage de La CIMADE). Les flux migratoires causés par les crises climatiques, vont forcément augmenter dans les années à venir. Nos pays pays occidentaux, sont directement responsables de ce désastre, il est donc sidérant de constater la volonté ultra-sécuritaire du gouvernement sur cette question.

Sabotage social

Mme Brugnera est mise en cause pour avoir donné son aval à la casse sociale orchestrée par le gouvernement. Elle a notamment soutenu la réduction des APL en validant le projet de loi de finance 2018. Elle a également voté pour la ratification du CETA qui, au delà du désastre social pour le monde agricole, est un traité totalement incompatible avec les accords de Paris.

Mme Brugnera est aussi mise en cause pour le délitement de l’assurance chômage puisqu’elle a voté pour cette réforme précarisante.

Sabotage climatique et destruction du vivant

Localement Mme Brugnera, s’est illustrée par son soutien à l’Anneau des sciences, sans doute expliqué par sa passion pour les SUV. Pour rappel, Alternatiba ANV Rhône a combattu ce projet phare de Gérard Collomb jusqu’à son abandon définitif.

A l’Assemblée, Mme Brugnera a voté pour la loi climat et résilience qui a vidé de sa substance le travail de la Convention citoyenne pour le climat.

Première supportrice du modèle Amazon contre l’intérêt du climat et des commerces de proximité, elle a voté contre l’amendement de M. Rudigoz visant à assujettir les entrepôts du e-commerce aux autorisations d’exploitation commerciale. En toute logique, elle a bien entendu voté pour la loi ASAP favorisant l’implantation de ce type d’entrepôts.

Enfin, Mme Brugnera est mise en cause pour avoir voté pour le retour des néonicotinoïdes, mesure dévastatrice pour la biodiversité.


[1] : Il est important de savoir que la très grande majorité des scrutins à l’assemblée sont réalisés à main levée sans aucune possibilité pour la société civile de connaître la position de leurs députés. Ce manque de transparence est lamentable et permet aux députés de ne pas être inquiétés même pour des prises de positions qui peuvent aller à l’encontre du bon sens. L’ensemble des portraits présentés dans le cadre de ce portfolio ne représente donc qu’une très faible facette du sabotage social et climatique qu’a pu effectuer le gouvernement et sa majorité pendant 5 ans.

[2] : Le témoin assisté est une personne mise en cause dans une affaire pénale. C’est un statut intermédiaire entre celui du témoin et celui du mis en examen. Ce statut donne des droits devant le juge d’instruction. Il peut changer au cours de la procédure.


  • 0

Procès du sabotage climatique et social, sont appelés à la barre : Thomas Rudigoz et Hubert Julien-Laferrière

Tags : 

Le 8 juin Charles de Lacombe sera jugé en appel pour avoir dénoncé le sabotage climatique et social d’Emmanuel Macron et du gouvernement en décrochant un portrait présidentiel. En cette période électorale, Alternatiba ANV Rhône appelle plutôt à la barre les 14 députés sortants du Rhône. D’ici au 8 juin, nous publierons deux “portraits” de députés sortants par jour. Leurs positionnements à l’assemblée sur les enjeux sociaux et environnementaux seront ainsi portés à l’attention du public [1]. Aujourd’hui, ce sont Thomas Rudigoz (Renaissance) et Hubert Julien-Laferrière (NUPES) qui sont appelés à la barre !

Thomas Rudigoz: Mis en examen

Alternatiba ANV Rhône retient plusieurs chefs d’inculpation pour le député sortant de la première circonscription :

Destruction des libertés individuelles

Dès le début du quinquennat, il a voté pour l’ensemble du projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. Ce projet de loi liberticide est contesté par la Quadrature du Net car il permettait de prolonger des mesures initialement prévues pour un état d’urgence (par exemple, l’utilisation de boite noire permettant une surveillance algorithmique des masses).

De même, le député accusé a voté pour la loi “sécurité globale” qualifiée de “dérive autoritaire en marche” par Les Amis de la Terre. Bien que le Conseil constitutionnel ait censuré certains articles, a posteriori bon nombre de mesures ont été déportées dans d’autres projets de loi comme celle permettant l’utilisation de drone par la police inclue dans la loi “Responsabilité pénale et sécurité intérieure“ promulguée en début d’année. Enfin Mr Rudigoz à également voté pour la loi “séparatisme” particulièrement préoccupante dans les perspectives de criminalisation des mouvements associatifs citoyens qu’elle permet.

Sabotage social

M. Rudigoz a voté pour la totalité du projet de loi de finance de 2018, y compris l’article 126 qui a mis en place les premiers mécanismes de réduction des APL. Il s’agit ici de la mesure responsable de la chute des moyens de subsistance de près de 30% des bénéficiaires !

M. Rudigoz a également voté pour la ratification du CETA allant à l’encontre de la préservation du modèle agricole français familial. Tous les syndicats agricoles, même la FNSEA(!), se sont vertement opposés à ce traité transatlantique. Alors que la précarisation du monde agricole n’a pas cessé de croître, M. Rudigoz n’était visiblement pas préoccupé par l’avenir de nos agriculteurs (et les autres risques que présente cet accord).

Sabotage climatique

M. Rudigoz a voté pour la loi climat et résilience, véritable mascarade démocratique illustrant parfaitement le manque d’ambition criminel du gouvernement sur les enjeux climatiques. À la suite des travaux de la Convention citoyenne pour le climat, l’Assemblée nationale aurait eu l’opportunité de promulguer des mesures réellement ambitieuses. Au contraire, la majorité n’a cessé de raboter par le bas chaque proposition des 150 citoyens. Par exemple M. Rudigoz a notamment voté contre une proposition d’amendement visant à avancer la date d’interdiction des moteurs thermiques à 2035 au lieu de 2040 (alors que les 150 avaient préconisé une interdiction dès 2025 pour les plus polluants, puis dès 2030).

Enfin M. Rudigoz à voté pour la loi ASAP qui a notamment permis l’accélération des procédures administratives concernant l’installation de projets industriels. Il est à noter qu’à la suite de nos actions d’interpellation vis à vis du développement d’Amazon en France, M. Rudigoz a déposé certains des amendements que nous lui avons suggérés. Exemple celui visant à assujettir les entrepôts du e-commerce aux autorisations d’exploitation commerciale, dans le but de limiter leur développement et protéger les commerces de proximité. Toutefois, M. Rudigoz n’a pas jugé bon d’aller défendre ces amendements à l’Assemblée puisqu’il n’a pas participé au scrutin public. Cela nous prouve le manque de considération qu’il peut avoir pour l’avenir du climat et celui des commerces de proximité.

Hubert Julien-Laferrière : Témoin assisté [2]

Alternatiba ANV Rhône s’interroge sur le niveau de naïveté et / ou de culpabilité de Mr Julien-Laferrière sur la première partie de son mandat alors député de la majorité à l’époque. Bien que Mr Julien-Laferrière ait quitté la majorité en mai 2020, il a durant près de 3 ans cautionné la politique gouvernementale.

En tant que témoin assisté, il devra notamment revenir sur :

Ambivalence de sa position sur les mesures liberticides

M. Julien-Laferrière devra s’expliquer sur ses prises de position pour le moins contradictoires à l’extrême puisque, tout comme Mr Rudigoz, il a voté pour l’ensemble du projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, mais plus tard contre la loi sécurité globale.

Cautions données à plusieurs projets de loi antisociales.

Il est reproché à Mr Julien-Laferrière de ne pas s’être opposé aux volontés gouvernementales et d’avoir cautionné plusieurs mesures phares comme la réduction des APL, dans le cadre du projet de loi de finance 2018. Tout comme Mr Rudigoz, Mr Julien-Laferrière a voté pour le CETA faisant fi de la contestation sociale qu’a pu susciter ce traité transatlantique.

Enfin, l’approbation par M. Julien-Laferrière de la réforme de l’assurance chômage votée en juin 2018 pour un député se qualifiant “de gauche” est pour le moins surprenante. Cette réforme portée à l’époque par l’actuelle première ministre avait suscité de vives oppositions chez les partenaires sociaux qui une nouvelle fois ont été ignorées par la majorité.

Sabotage climatique du gouvernement et l’ambivalence de sa position sur les pesticides

Mr Julien-Laferrière pourra témoigner du sabotage climatique orchestré par la majorité. Il pourra notamment expliquer le phénomène “playmobil” souvent mis en avant pour justifier l’absence totale de libre arbitre des députés de la majorité. Pour l’illustrer il pourra revenir sur ses votes personnels au sujet du glyphosate : à l’occasion de la loi Egalim il a voté à trois reprises contre l’interdiction, avant de voter le contraire en 2022. Il est à noter que Mr Julien-Laferrière fut particulièrement mobilisé pour réduire l’ambition de la loi Egalim à l’époque (ex : favorable à l’utilisation de drone pour l’épandage de pesticide, contre une interdiction élargie des néonicotinoïdes).

Est porté à l’attention du jury le fait qu’une fois “libéré” de la majorité, Mr Julien-Laferrière semble avoir retrouvé une certaine liberté de penser puisqu’il à voté contre la loi climat et résilience, contre le retour des néonicotinoïdes ou encore contre la loi ASAP.


[1] : Il est important de savoir que la très grande majorité des scrutins à l’assemblée sont réalisés à main levée sans aucune possibilité pour la société civile de connaître la position de leurs députés. Ce manque de transparence est lamentable et permet aux députés de ne pas être inquiétés même pour des prises de positions qui peuvent aller à l’encontre du bon sens. L’ensemble des portraits présentés dans le cadre de ce portfolio ne représente donc qu’une très faible facette du sabotage social et climatique qu’a pu effectuer le gouvernement et sa majorité pendant 5 ans.

[2] : Le témoin assisté est une personne mise en cause dans une affaire pénale. C’est un statut intermédiaire entre celui du témoin et celui du mis en examen. Ce statut donne des droits devant le juge d’instruction. Il peut changer au cours de la procédure.


  • 0

Procès de Charles du 8 juin : Erreur sur la personne appelée à la barre

Tags : 

Faisons ensemble le procès du sabotage climatique et social des 14 députés du Rhône !

Le 8 juin Charles de Lacombe sera jugé en appel pour avoir dénoncé le sabotage climatique et social d’Emmanuel Macron et du gouvernement en décrochant un portrait présidentiel. En cette période électorale, Alternatiba ANV Rhône appelle plutôt à la barre les 14 députés sortants du Rhône. D’ici au 8 juin, nous publierons deux “portraits” de députés sortants par jour. Leurs positionnements à l’assemblée sur les enjeux sociaux et environnementaux seront ainsi portés à l’attention du public [1]. Aujourd’hui, ce sont Thomas Rudigoz (Renaissance) et Hubert Julien-Laferrière (NUPES) qui sont appelés à la barre !

Crédit : Basile Mesre Barjon

Le 24 Mai 2019, Lyon, Charles de Lacombe, militant du collectif Alternatiba ANV Rhône, participait à une action de désobéissance civile dans le cadre de la campagne #DécrochonsMacron. Partout dans l’hexagone plus de 151 portraits présidentiels ont été décrochés dans les mairies. L’objectif : dénoncer le sabotage climatique et social d’Emmanuel Macron et du gouvernement.

Le 1er mars 2021, le tribunal judiciaire de Lyon condamnait Charles à 500€ d’amende avec sursis pour détournement de bien public. À contresens de l’histoire, le juge n’a pas reconnu la légitimité de cette action, le mouvement climat de Lyon a donc choisi de faire appel

Charles sera ainsi à nouveau jugé en appel le 8 juin pour avoir « détourné de sa fonction principale le portrait du président ».

Un nouveau quinquennat sous le signe du sabotage climatique et social ?

Emmanuel Macron, réélu par défaut en barrage au fascisme, porte de nouveau un programme foncièrement climaticide et antisocial. Notre mouvement ne peut pas se résigner à voir la “planification écologique” mise en œuvre par trois ministres libérales complètement déconnectées de l’urgence climatique et de la société civile. D’Amélie de Montchalin, qui ne regrette pas son vote pro-glyphosate à Agnès Pannier-Runacher qui, pour illustrer “l’écologie des solutions”, invite à limiter l’envoi de mail avec pièce jointe, le niveau d’incompétence affiché par ce nouveau gouvernement est stratosphérique. Sur les questions sociales, la liste serait trop longue – la position affirmée d’Élisabeth Borne sur le conditionnement du RSA à des travaux d’intérêt général en dit déjà suffisamment.

Les 14 députés du Rhône sont appelés à la barre !

Il est donc crucial de choisir avec soin les députés qui seront élus lors des législatives, ce seront eux qui voteront les lois portées à l’assemblée par le gouvernement.

 Notre collectif, durant ces cinq dernières années, a porté de nombreuses luttes sociales et climatiques. 
 Ainsi, d’ici au 8 juin, nous publierons les portraits de députés sortants, deux chaque jour, expliquant leurs engagements, leur déni et leur culpabilité sur ces deux axes cruciaux.

De la ratification du CETA à la reculade sur l’interdiction du glyphosate ou des néonicotinoïdes, en passant par l’approbation des lois liberticides comme la loi sécurité globale, la diminution des APL, sans oublier le saccage du travail de la Convention citoyenne pour le climat, nous avons fort à dire !

Nous commençons ce portfolio aujourd’hui avec Thomas Rudigoz (Renaissance) et Hubert Julien-Laferrière (NUPES), députés sortants de la première et de la seconde circonscription du Rhône.
Les deux premiers portraits sont à retrouver sur notre site web en suivant ce lien.

Rendez-vous le 8 juin à 12h devant la cour d’appel !

Dès 12h devant la cour d’appel de Lyon, une manifestation de soutien à Charles aura lieu avec notamment une prise de parole de William Aucant, l’un des 150 citoyens tirés au sort pour participer à la Convention Citoyenne pour le Climat.

A partir de 13h20, nous dresserons le bilan des 14 députés sortants du Rhône ! Nous remettrons à ce moment là l’ensemble des portraits publiés jusqu’au jour du procès.

Contact presse : 
relations-presse@alternatibarhone.fr
Sarah Jardin : 06 15 14 95 60
Adrien Montagut : 06 74 10 27 67


[1] : Il est important de savoir que la très grande majorité des scrutins à l’assemblée sont réalisés à main levée sans aucune possibilité pour la société civile de connaître la position de leurs députés. Ce manque de transparence est lamentable et permet aux députés de ne pas être inquiétés même pour des prises de positions qui peuvent aller à l’encontre du bon sens. L’ensemble des portraits présentés dans le cadre de ce portfolio ne représente donc qu’une très faible facette du sabotage social et climatique qu’a pu effectuer le gouvernement et sa majorité pendant 5 ans.


  • 0

5 chiffres clés sur l’Assemblée nationale

Tags : 

🔴 Pendant la campagne des législatives et au-delà, nous nous attelons à construire un mouvement de masse, populaire et non-violent, pour changer le système et pas le climat. ✊ Cela passe par nous mobiliser dans la rue, mais également dans les urnes ! 🗳

⏩ Récemment, nous avons partagé avec toi 7 arguments pour aller voter aux élections législatives. Aujourd’hui, nous partageons 5 chiffres clés sur l’Assemblée nationale. Ici, tu pourras trouver des informations sur les différents pouvoirs des député·es.

👀 Si tu veux plus d’infos sur ce que nous pouvons obtenir grâce à ces élections, c’est par ici !

Crédit image à la une : Audrey Merville


  • 0

Des écoles se mobilisent contre la pollution de l’air à Lyon

Vendredi 6 mai, des dizaines de parents et élèves se sont mobilisé·es devant 2 écoles lyonnaises pour demander la réduction de la place de la voiture devant leur école. Cette mobilisation s’inscrit dans le cadre du mouvement “Streets for kids” (1) pour plus de rues scolaires (2) en Europe, qui mobilise plus de 300 écoles dans 12 pays européens.

Devant les écoles Buisson (5e arrondissement) et Berthelot (7e arrondissement), une cinquantaine de parents et d’enfants ont manifesté pour réclamer plus d’espace pour les mobilités douces aux abords des établissements. A l’école Berthelot, une grande bannière a été attachée sur la façade pour demander des aménagements, tandis que les parents d’élèves présentaient les avantages d’une rue scolaire. Mme Dubot (maire du 7e) et M. Monot étaient présent·es devant l’école pour échanger avec les parents, et ont annoncé qu’ils engageraient leurs équipes sur les questions de sécurisation, de végétalisation et de dépollution autour de l’école. Plusieurs dizaines d’enfants de l’école Buisson ont participé à un vélobus pour demander plus de pistes cyclables, plus sûres. M. Debray (conseiller délégué à la ville aux enfants), Mme Perrin (conseillère aux voiries) et M. Gaidioz (adjoint à l’éducation) ont accompagné cette action.

Clément Drognat Landré, coordinateur de la coalition La Rue Est à Nous Lyon, a déclaré : “Nous voyons qu’une dynamique se lance à Lyon et dans la métropole pour demander plus de rues scolaires. Les élu·es doivent donner suite à ces demandes et en créer partout où c’est possible. Il y a une solution pour tous les cas de figure : il est urgent de mettre en place des aménagements permettant de réduire la place de la voiture et d’améliorer la qualité de l’air aux abords des écoles.” 

Cette mobilisation fait notamment suite à l’étude de l’association Respire qui rappelait en février que la totalité des écoles de la métropole de Lyon sont exposées à des concentrations en dioxyde d’azote (NO2) supérieures aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en la matière. En mars 2020, un collectif de parents d’élèves de l’école Michel Servet avait d’ailleurs déposé un recours en justice pour inaction de la ville, de la métropole et de l’Etat. Force est de constater que la situation ne s’est pas améliorée depuis. 

Pierre Dornier, Coordinateur de la Clean Cities Campaign en France, a déclaré : “Les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l’air. Les rues scolaires font partie de la solution pour protéger leur santé. Pourtant, à Lyon, de très nombreuses écoles n’en sont pas encore équipées. Cela doit changer rapidement. Les rues scolaires doivent être une priorité de nos élu·es.

Les rues scolaires présentent un avantage sanitaire immédiat en diminuant la pollution de l’air à proximité immédiate des écoles, où les enfants passent une grande partie de leurs journées. A Londres, une étude menée sur les rues scolaires déjà créées a ainsi montré que leur fermeture à la circulation aux horaires d’arrivée et de sortie des enfants avait permis jusqu’à 23% de réduction des niveaux de dioxyde d’azote. 

Elles permettent également de sécuriser le trajet domicile-école et offrent davantage d’espace aux enfants. Ce faisant, elles promeuvent les mobilités alternatives auprès des enfants comme des parents et présentent des bénéfices pour la qualité de l’air, pour le climat et pour la santé de tous et toutes : elles participent notamment à la lutte contre la sédentarité, alors que 37% des enfants de 6 à 10 ans en France n’ont pas une activité physique suffisante. 

Notes

(1) “Streets for kids” est une initiative de la Clean Cities Campaign. Pendant une semaine, du 6 au 13 mai, près de 200 écoles situées dans 6 pays européens se mobilisent pour demander plus de rues scolaires. Tous les tweets et visuels sur l’événement sont à retrouver via les hashtags #StreetsForKids et #DeLairPourNosEnfants.

(2) Les “rues scolaires” (ou “rues aux écoles”) consistent au réaménagement des abords d’écoles en vue de réduire, voire de supprimer le trafic automobile. Cela permet de lutter contre la pollution de l’air, la pollution sonore et l’insécurité routière.

D’autres parents de la métropole ont déjà prévu de rejoindre le mouvement le 13 mai et d’organiser des actions devant l’école de leurs enfants pour réclamer davantage de “rues scolaires”.  

Contacts Presse

Clément Drognat Landré
Coordinateur de La Rue Est à Nous – Lyon 
larueestanous69@protonmail.com
+33 786 33 37 16

Pierre Dornier
Coordinateur France de la Clean Cities Campaign
pierre.dornier@cleancitiescampaign.org
+32 496 81 52 63